L'Anorexie

  • Konbuyu başlatan SeLMa
  • Başlangıç tarihi
S

SeLMa

Guest
{On soupçonne cette maladie lorsque quatre facteurs sont réunis : adolescence, anorexie (ou conduite alimentaire restrictive), amaigrissement, aménorrhée (ou absence des règles). Les quatre grands ' A '. L'anorexie mentale est un trouble de la conduite alimentaire qui se rencontre le plus souvent chez les adolescentes de 14 à 17 ans - on compte seulement 5 % des cas chez les garçons. Elle peut également survenir chez les adultes, tout comme chez les jeunes prépubères, âgées de 10 à 12 ans.}


Anorexie : Introduction


On distingue quatre phases :



Contrôle excessif de l'alimentation et désir de perdre du poids, même si celui-ci est inférieur à la normale.


Atteinte du poids corporel minimal qui coïncide, dans la plupart des cas, avec la première visite médicale souvent imposée par la famille. Pendant cette phase, le comportement alimentaire varie et le poids fluctue sans jamais revenir à la normale.


Episodes de fringales alimentaires suivis d'une reprise de poids. Cette perte du contrôle alimentaire est souvent accompagnée d'une très grande souffrance et ressentie comme un constat d'échec.


Retour à un poids à peu près normal et préoccupation de l'anorexique davantage centrée sur sa vie affective et amoureuse ainsi que sur son orientation professionnelle.



Les manifestations de l'anorexie mentale se présentent comme suit :


Intérêt soudain et exagéré pour une saine alimentation , autant en ce qui concerne le choix des aliments que leur préparation.
Restriction alimentaire délibérée.
Prise de contrôle de la cuisine : surveillance de la préparation des repas et de l'alimentation des autres membres de la famille.
Amaigrissement : la perte de poids peut atteindre jusqu'à 25 % ou 30 % du poids corporel.
Aménorrhée chez les femmes pubères : la diminution importante du gras corporel s'accompagne d'une régression hormonale vers un stade prépubère, ce qui entraîne la disparition des règles.
Dépense énergétique exagérée : toujours en mouvement, l'anorexique dépense souvent beaucoup d'énergie en faisant de l'exercice physique tout en ne consommant pas suffisamment d'aliments.
Ralentissement des battements cardiaques (bradycardie), diminution de la tension artérielle (hypotension), sécheresse de la peau, sensation d'avoir toujours froid (hypothermie), constipation et isolement social.
Négation de la maladie : ce contrôle excessif sur l'alimentation ainsi que la maigreur qui en résulte procurent un immense plaisir et une très grande satisfaction à l'anorexique, qui a tendance à nier sa maladie.


Anorexie : Quelles sont les causes ?

Cause réelle inconnue.


Facteurs biologiques, familiaux ou psychosociaux. Ils peuvent prédisposer à la maladie ou servir d'éléments déclencheurs.


Vulnérabilité psychologique particulière.


Elément déclencheur. Ce peut être une taquinerie anodine concernant une partie du corps de l'adolescente ou une remarque sur l'importance d'une saine alimentation.


Image de minceur privilégiée par la société. Dans les dernières décennies, le nombre d'anorexiques a augmenté de façon importante.

Anorexie : Conseils pratiques
Apprendre à s'alimenter normalement. Vous n'avez pas besoin de compter tout ce que vous mangez, ni tout ce que vous dépensez comme énergie pour être en bonne santé. De plus, il est important de ne pas étiqueter les aliments comme bons ou mauvais. Mangez de tout, goûtez à tout.

Laisser le contrôle de la cuisine à d'autres. Si vous êtes adolescente, laissez vos parents reprendre le contrôle de la cuisine, préparer les repas et vous servir des portions normales.

Développer une estime de soi qui n'est pas basée uniquement sur l'apparence. Misez sur vos qualités personnelles, votre style original.

S'armer de patience. Votre comportement alimentaire ne peut changer du jour au lendemain mais plutôt par étapes successives. Il prendra autant de temps à s'améliorer - des semaines, des mois et parfois des années - qu'il en a pris à se détériorer.

Ne pas s'engager dans des activités physiques épuisantes. Évitez de faire de l'exercice de façon compulsive, surtout si votre poids est inférieur à la normale.

Se fixer des objectifs réalisables. Prenez le temps qu'il faut pour améliorer votre comportement alimentaire.

Maintenir, en tant que parents, un climat familial encourageant la communication. Un milieu affaibli par la culpabilité ne peut que conforter l'anorexique dans le maintien de son contrôle maladif.




Dr Jean Wilkins, Pédiatre
06/09/2001
Copyright Rogers Média, 2001
 
Üst